SAISON 21/22

Avec ce dépliant numérique, nous avons le plaisir de partager une nouvelle moitié de saison du Théâtre de Vidy.  | Voir le dépliant

Ces spectacles du premier semestre 2022 sont une nouvelle invitation à venir vivre ensemble de belles expériences artistiques. Le bâtiment historique du théâtre étant toujours en rénovation, nous vous convions à nous rejoindre à Vidy mais aussi à vous déplacer à l’Université, au bord de l’eau, en ville ou en forêt.

Se déplacer pour regarder autrement notre monde est peut-être un des enjeux du théâtre, que les formes de vie partagées dans les spectacles soient inspirées d’ici ou d’ailleurs.

Se déplacer dans l’espace urbain : Utopolis du collectif Rimini Protokoll invite à une promenade en ville pour interroger nos utopies et les lieux symboliques où s’invente aujourd’hui notre vie commune ; tandis que le deuxième épisode de l’Âge d’or propose une visite d’un centre commercial et des rêves de consommation qui l’ont fondé.

Se déplacer, c’est aussi accueillir celles et ceux qui viennent d’ailleurs pour se relier à notre territoire. Après Trio en ouverture de saison, Monika Gintersdorfer et Frank Edmond Yao alias Gadoukou la Star créent Le feu c’est le feu avec des danseurs·euses lausannois·es d’afropop. Après les conférences-spectacles décalées de son Atlas de l’anthropocène, Frédéric Ferrer enquête au bord du lac, à quelques pas de Vidy, sur l’olympisme et l’aviron avec le champion renanais Augustin Maillefer. L’actrice italienne Gaia Saitta, à partir du récit d’une histoire vraie qui marqua notre région, raconte le parcours d’une femme qui tente de retrouver le goût de vivre après la disparition de ses deux filles.

Se déplacer à travers l’univers de certain·e·s artistes en découvrant plusieurs de leurs propositions ou en cultivant des fidélités. L’auteur et metteur en scène bâlois Boris Nikitin présente Tentative de mourir et 24 images par seconde avec les quatre pianos du Kukuruz Quartett. L’acteur Guillaume Bailliart joue Tartuffe et, dans la mise en scène de Fanny de Chaillé, Michel Foucault. Philippe Quesne, avec qui nous poursuivons une belle collaboration, propose Farm fatale avec ses épouvantails sans travail dans un monde sans oiseaux et Fantasmagoria, une nouvelle création produite par Vidy.

Nous retrouverons d’autres fidélités. Sur la pelouse du théâtre, le circassien Johan le Guillerm revient avec son chapiteau et ses nouvelles inventions, quatre ans après Secret (Temps 2). Et, à la suite de Familie en juillet dernier, Milo Rau rejoint notre saison en début d’année avec Deuil et Beauté au Théâtre de l’Octogone – Pully.

Se déplacer en dansant, avec trois chorégraphes : Mette Ingvartsen et ses contagieuses danses publiques, Cindy van Acker et ses « pièces de l’ombre » en plein air puis, Alexandra Bachzetsis et sa création pour cinq danseurs·euses et deux pianos Chasing a Ghost.

La semaine qui précède le 14 juin, journée de la grève des femmes en Suisse, sera l’occasion de découvrir dans un temps fort les spectacles ou performances de « Newcomeuses », jeunes metteuses en scène ou chorégraphes de Suisse romande : Lola Giouse, Sarah Eltschinger, Sarah Calcine et Pauline Castelli, Floriane Mésenge et Mélissa Guex.

Le futur du théâtre romand est aussi porté par les deux écoles de Lausanne qui viennent présenter leur spectacle de fin d’études créé par des artistes déjà invité·e·s à Vidy : Les Teintureries avec les artistes du GdRA et La Manufacture avec Lætitia Dosch qui travaillera sur des textes d’Édouard Louis.

Ce besoin du déplacement du point de vue guide aussi la troisième saison des Imaginaires des futurs possibles. Conçue avec l’UNIL, cette recherche collective rassemblant chercheurs·euses de l’Université et artistes de la région sera menée par le chorégraphe congolais Faustin Linyekula et la dramaturge lausannoise Claire de Ribaupierre. Elle donnera lieu à plusieurs rendez-vous entre février et mai et à des formes performatives entre art, sciences et durabilité en juin. Ce Théâtre des futurs possibles résonnera avec le deuxième chapitre de Théâtre durable ? : la recréation à Lausanne du spectacle Jérôme Bel, mais aussi, au début de l’été, avec deux spectacles en plein air inspirés des pièces de Tchekhov, Platonov et Retour à la Cerisaie. Le lien à la nature interrogé par notre affiche se retrouve aussi dans le spectacle tout public de Muriel Imbach Arborescence programmée et dans la création de Massimo Furlan et Claire de Ribaupierre Avec l’animal.

Au plaisir d’aller avec vous à la découverte de ces paysages artistiques et de ces futurs à inventer.

Vincent Baudriller
Vidy, décembre 2021

 

Gintersdorfer/Martinez/Mugler/Ordinateur
Trio (for the beauty of it)
14.09. - 26.09.
Marlène Saldana/Jonathan Drillet
Showgirl
6.10. - 13.10.
Bouchra Ouizguen
Éléphant ou le temps suspendu
20.10. - 22.10.
Nina Negri
Sous influence
3.11. - 13.11.
Alain Platel / Frank Van Laecke
Gardenia
13.11.
Yasmine Hugonnet
La Peau de l'Espace
24.11. - 28.11.
Anne Teresa De Keersmaeker/Pavel Kolesnikov
Les Variations Goldberg, BWV 988
26.11. - 28.11.
Marc Oosterhoff
Les Promesses de l’incertitude
17.12. - 23.12.
Nacera Belaza
L'Onde
2.02. - 6.02.
Boris Nikitin/Kukuruz Quartett
24 Bilder pro Sekunde
17.03. - 19.03.
Mette Ingvartsen
The Dancing Public
22.03. - 25.03.
Monika Gintersdorfer/Franck Edmond Yao (La Fleur)
Le Feu c’est le feu
12.05. - 22.05.
Cindy van Acker
Shadowpieces
14.05.
Alexandra Bachzetsis
Chasing a Ghost
17.05. - 18.05.
Mélissa Guex/Charlotte Vuissoz
Épisode
10.06. - 11.06.
Jérôme Bel/Tomas Gonzalez/Igor Cardellini
Jérôme Bel
16.06. - 25.06.